« J'aime pas les livres, mais j'aime bien Gary »

« J'aime pas les livres, mais j'aime bien Gary »

Une professeur évoque le choc et l'enthousiasme que suscite l'écrivain chez les lycéens, qui se reconnaissent dans son parcours et ses valeurs.

« On faisait du Gary. On adorait... » C'est en ces termes que d'anciens élèves de première littéraire reparlaient, tout récemment encore, de leur préparation au baccalauréat en 2001, au lycée Van der Meersch de Roubaix. Un tel enthousiasme n'aurait pas déplu à l'auteur de Vie et mort d'Émile Ajar : on y saisit combien il se réjouissait des échanges sur ses livres au lycée, entre son fils et un camarade de classe. L'oeuvre, en 2017, intéresse toujours les lycéens.

Il y a seize ans, le nouveau siècle commençait très mal : les élèves étaient désemparés face à un avenir qui devait compter avec le terrorisme. Rien n'a changé. L'auteur de La Promesse de l'aube garde la ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous