La collection « Le Temps retrouvé » retrouve son format poche

La collection « Le Temps retrouvé » retrouve son format poche

La célèbre collection a connu un parcours tout aussi rocambolesque que la maison à laquelle elle était rattachée jusqu’à maintenant (le Mercure de France, initialement un quotidien du XVIIe siècle). Aujourd’hui « Le Temps retrouvé » est une collection indépendante chez Gallimard.

Crée en 1965 par le naturaliste, historien et philosophe Jacques Brosse, la collection « Le Temps retrouvé » rassemble des textes écrits par des plumes (auteurs ou personnages environnants des personnages historiques) reflétant leur époque sur le mode à la fois de l’intime et du témoignage, quoi qu’il en soit du vécu. Madame de Lafayette ouvrait alors cette aventure éditoriale qui, en 1999 passe entre les mains des éditions Gallimard par le biais du Mercure de France que la maison d’édition a racheté en 1958, sous la direction de Simone Gallimard. Lancé par sa fille, Isabelle, la collection « Le temps retrouvé » publiait et rééditait les titres sous format poche avant qu’ils ne retrouvent leur grand format en 2003. Aujourd’hui, avec quelque 150 titres et 800 000 exemplaires vendus depuis son arrivée dans la prestigieuse Gallimard, la collection est sujette à de nouveaux retournements. Elle va en effet devenir une marque propre en janvier prochain, sans son affiliation légendaire au Mercure de France et dans un format exclusivement en poche. Non seulement elle y trouve une indépendance mais elle permet aussi d’ouvrir son accès à tous et à petits prix (entre 9€ et 11€). À l’occasion de cette nouveauté éditoriale, « Le Temps retrouvé » va rééditer six ouvrages de janvier à mars 2017, dont les Mémoires de Marguerite de Valois et le Journal de l’Abbé Mugnier et va présenter quatre titres dont le Journal de voyage de Victor Schœlcher et les Mémoires du Duc de Lauzin. Chacun de ces livres auront une nouvelle couverture, avec le nom de la collection mis en avant dans une typographie à empattement, conservant ainsi sa référence classique, et des visuels en plan large et resserré, manifestant le double caractère d’une collection consacrée aux histoires dans l’Histoire.

Marie Fouquet