Le déménagement de la bibliothèque féministe Marguerite Durand contesté

Le déménagement de la bibliothèque féministe Marguerite Durand contesté

En octobre 2016, la mairie de Paris a annoncé le transfert de la bibliothèque Marguerite-Durand dans la bibliothèque historique de la ville de Paris. Depuis, les syndicats s’y opposent et en particulier la CGT Culture de la direction des Affaires culturelles de la ville de Paris, qui a lancé une alerte dans un article publié le 28 juillet dernier sur son site.

Créée en 1932 à partir du legs de Marguerite Durand, militante féministe et fondatrice du journal La Fronde, la bibliothèque, qui porte son nom, est sur le point d’être transférée sur décision de la Direction des affaires culturelles de la ville de Paris. Hébergée dans la médiathèque Jean-Pierre-Melville, elle occupe un espace qui devrait être remplacé par une zone « détente », selon Bibliobs. Les raisons : trop peu d’inscrits et des horaires d’ouverture au public trop restreints – alors même que le ministère de la culture entend favoriser l’accès aux bibliothèques et notamment par l’élargissement des horaires d’ouverture. 

Pour la CGT de la Direction des affaires culturelles, les bâtiments de la Bibliothèque historique de la ville de Paris, situés dans le IVe arrondissement, seraient trop petits pour accueillir la totalité des ouvrages. Une grande partie du fonds se trouveraient alors dans un local, et les lecteurs qui voudraient les consulter devraient les commander pour les recevoir quelques jours plus tard. Le délai pour accéder à un ouvrage serait alors nettement augmenté pour une bibliothèque composée de milliers de livres, de documents et de photos sur l’histoire du féminisme et qui accueille des thésards, des sociologues, des historiens du monde entier. Les soutiens de la bibliothèque – chercheurs, associations, syndicats – redoutent sa disparition pure et simple.

Raphaël Georgy