Un rapport soutient le statut des traducteurs

Le 19 mars dernier, au Salon du Livre, notre collaborateur Pierre Assouline présentait son rapport sur la formation et les conditions de travail des traducteurs littéraires en France. Une enquête minutieuse, patiente et sans concession dont les résultats – tout juste publiés sur le site du Centre national du Livre – devraient prochainement nourrir les débats sur le statut des professionnels.

Commandé par le CNL il y a deux ans et demi, le rapport – qui concerne exclusivement la traduction littéraire et non commerciale -- note une tendance à la féminisation, à la spécialisation mais aussi à l’anglicisation de la profession : aujourd’hui, les sinophones, hungarophones et turcophones seraient en voie de disparition. Nourrie d’analyses, de chiffres, et d’entretiens, l’enquête conclut également à une dégradation des conditions de vie matérielles et à la reconnaissance sociale et médiatique des traducteurs, en dépit d’une situation nationale très avantageuse au regard de l’outre-mer ou du reste de l’Europe : 13 % des traductions mondiales seraient en effet réalisées en France pour une moyenne de 20 euros le feuillet contre 8 à 10 euros le feuillet en Espagne par exemple. Pierre Assouline regrette ainsi que les traducteurs ne soient jamais invités à parler d’une œuvre traduite alors même qu’ils sont souvent les plus fins connaisseurs voire les co-auteurs. Leur travail de création est du reste très rarement reconnu par les éditeurs dont la méfiance à l’égard des traducteurs ne cesse de s’accroître, alimentée par la sous-traitance que pratiquent certains spécialistes vedettes. Le rapporteur invite donc le CNL à participer à la création et au financement d'un portail virtuel de la traduction fournissant aides et informations sur la formation des professionnels. «La traduction est la langue commune de l'Europe, conclut-il, il faut lui donner les moyens de son ambition ou renoncer à ce leitmotiv.» Peut-être cet appel trouvera-t-il quelques premières réponse en septembre prochain ? Le 15 du mois, le syndicat national de l'édition SNE et les syndicats de traducteurs ATLF, SFT, SGDL ont prévu de se réunir au CNL