LES CIRCONVOLUTIONS DE VÉNUS

LES CIRCONVOLUTIONS DE VÉNUS

Comment écrire l'histoire des femmes d'une société dont les hommes ont produit la quasi-totalité des textes parvenus jusqu'à nous ? Souvent, il faut penser en creux, déduire la norme dans l'énoncé du scandale, la réalité des pratiques face à la nécessité de légiférer, la vigueur des représentations à l'aune de la transmission des mythes. Grâce à Virginie Girod, qui s'appuie sur un corpus d'auteurs classiques, de textes de loi, de sources épigraphiques et archéologiques, c'est tout un pan de la société romaine que l'on découvre : matrones entretenant des eunuques, prostituées en fête, vestales en quête de relève, fillettes esclaves livrées aux assauts de leurs riches maîtres, ou encore femmes émancipées de la tutelle d'un homme grâce à leurs multiples grossesses. Autant d'exemples qui dépassent de loin les cadres éducatifs et normatifs stricts analysés par l'historienne. « Je veux bien que tu sois une Lucrèce pendant le jour tout entier, mais c'est une Laïs qu'il me faut la nuit », expliquait ainsi Martial à son épouse, prise au piège de contradictions qui ne sont pas sans rappeler les nôtres.

LES FEMMES ET LE SEXE DANS LA ROME ANTIQUE, Virginie Girod, éd. Tallandier, « Texto », 384 p., 10 E.