BARRACUDA

BARRACUDA

La Gifle, précédent roman de Christos Tsiolkas, cristallisait la violence sociale autour d'un geste (la claque du titre). Barracuda relance la même analyse rageuse de la société australienne, dans une narration plus âpre et éclatée. Soit Daniel Kelly, alias Barracuda, collégien pauvre perdu au milieu de camarades nantis, fils d'immigrés ostracisé, homosexuel au coeur d'une société hétéro-normée. Nageur talentueux, il espère qu'un titre de champion balaiera ces différences. Seulement, chez Tsiolkas, ce ne sont pas uniquement les enfants qui reçoivent des baffes, mais aussi les rêves...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous