Bloody mardi

Bloody mardi

Des personnages accidentés rendent hommage à la scène artistique new-yorkaise des années 1980.

James Bennett est un synesthésique, tel que Baudelaire le décrivait dans Les Fleurs du Mal : les formes lui inspirent des visions de lettres, les personnes des couleurs. Lorsqu'il rencontre Marge dans les couloirs de l'université, c'est un pigment rouge et vif qui s'offre à lui. Rien à voir avec le bleu glacial qui se dégage de la chevelure des filles qu'il a l'habitude de croiser. Cette qualité lui vaudra une jeunesse marginalisée, mais elle guidera aussi sa carrière. La citation flaubertienne : « On fait de la critique quand on ne peut pas faire de l'art, de même qu'on se met mouchard quand on ne peut pas être soldat », revient à l'esprit de James lorsqu'il s'aperçoit de son in ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous