Cases cliniques

Cases cliniques

Alors que Chiisakobé, du même mangaka japonais, vient d'être primé à Angoulême, une autre série de lui paraît en France. Ayant pour cadre une institution psychiatrique pour adolescents, elle allie délicatesse et inquiétante étrangeté.

Chiisakobé a provoqué chez de nombreux lecteurs une sorte de séisme affectif. Destin logique pour un manga dont la genèse remonte au 11 mars 2011, date du tremblement de terre à l'origine de la catastrophe de Fukushima. Minetarô Mochizuki y transpose de nos jours un roman de Shûgorô Yamamoto (1903-1967) se déroulant durant l'époque Edo. Il transfigure le quotidien par une esthétique épurée où chaque choix est pesé, du cadrage à la posture des personnages, des objets aux blasons tendrement fétichistes. Il y a du Ozu dans cette façon d'investir chaque détail pour refléter subtilement les états d'âme des protagonistes - tous hantés par un désastre intime et reflets d'une modernité é ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous