Spinozisme, Pourquoi je n'en suis pas

Spinozisme, Pourquoi je n'en suis pas

Vivre dans l'amour et la joie, dire « oui » à la vie, qui ne serait preneur ? Il faudrait être fou pour ne pas se laisser séduire ! J'aimerais pouvoir en rester là, mais la doctrine selon laquelle « par perfection et par réalité il faut entendre la même chose » m'a toujours semblé finalement assez absurde - en quoi, malgré toute mon admiration pour l'homme, je ne puis pas être spinoziste. Du reste, je n'ai encore jamais rencontré un seul disciple de Spinoza qui soit capable de réfuter sérieusement le fameux « argument du bourreau » auquel Clément Rosset, un philosophe que j'estime beaucoup par ailleurs, entend faire un sort : si nous devons aimer le réel tel qu'il est, le réel en totalité ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous