Collage et décollage

Collage et décollage

Faisant vaciller les limites de la fiction, Ben Lerner juxtapose les histoires. Renversant.

Comme Au départ d'Atocha était un drôle de roman d'apprentissage, 10:04 est une drôle d'autofiction. À moins qu'il ne s'agisse d'un essai de théorie littéraire en forme de jeu de pistes. Ou d'un collage de notes et d'influences en prévision d'une oeuvre à venir, un work in progress offert tel quel. Les paris sont ouverts, tel le livre lui-même, matière vivante et objet modulable. L'Américain Ben Lerner parle d'« une oeuvre qui, à l'instar d'un poème, n'est ni de la fiction ni de la non-fiction, mais un vacillement entre les deux ». Ça vacille donc, et ne cherchons pas à démêler le vécu du reste, ni à faire entrer l'ensemble dans une case ou une autre. Disons que ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous