Arnaldur Indridason, La Femme de l'ombre

Arnaldur Indridason, La Femme de l'ombre

Les dérives d'une île

Le maître du polar islandais se replonge, durant la Seconde Guerre, dans les eaux troubles de son pays, alors occupé par les États-Unis. Où l'on découvre, à travers une enquête policière, qu'un allié ou un proche peut être plus redoutable qu'un ennemi déclaré.

L'Islande, censée incarner l'enfance harmonieuse du monde, cache-t-elle un théâtre mortifère ? Dans ce deuxième tome de la « Trilogie des ombres », Arnaldur Indridason élargit encore son tableau d'un pays déchiré de frictions : le mal qui aspire cette terre de fjords dans ses spirales y semble radioactif, se sédimentant d'une couche à l'autre de la société. Dans l'ombre, le premier volume, avait laissé ses deux enquêteurs en août 1941 : l'occupation britannique était remplacée par les troupes américaines. La Femme de l'ombre nous transporte deux ans après, dans un Reykjavík qui a eu le temps de se nécroser, marqué du sceau d'une empreinte qui ne cicatrisera pas. La corru ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous