Christophe Duchatelet, Par-dessus ton épaule

Christophe Duchatelet, Par-dessus ton épaule

Si l'on en croit Thomas

Il a 13 ans et tient son journal. Il ment à tous, sauf à nous, qui le lisons. Fuyant des parents absents, il dit la peur de la vie et la peur du vide. Sa vérité réside dans sa langue, entre enfance éclairée, adolescence rebelle et maîtrise adulte.

Les enfants mentent, même à leur psy, ils ne savent pas trop ce que ça coûte, ni même ce que ça vaut, le docteur de la tête, celui qui doit leur soigner le disque dur, comme dit Thomas, il a entre 10 et 13 ans, plutôt 13, c'est lui qui écrit le livre. Ça coûte bonbon le docteur de la tête. Mais qu'importe, ce n'est pas une question d'argent, son père est architecte international, absent professionnel, et sa mère, maire de la grande ville innommée près de la mer, elle est en perpétuelle campagne électorale, indisponible à plein temps.

Thomas a bien un psy, il ne le voit plus guère, il a dépassé tout cela, il ment à son père, à sa mère, à ses enseignants, qu'il voit très peu, à la pl ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous