David Lopez, Fief

David Lopez, Fief

Zone bornée

Ce premier roman a tiré son épingle du jeu : avec talent, il s'attache aux ruminations d'un jeune homme sans désirs, dans une frange périurbaine. La gouaille est travaillée au scalpel mais la perfection du texte est l'alliée objective d'un esprit bas de plafond et misogyne.

Un groupe d'amis traîne parmi les pavillons qui bordent les villes et les cités. Cela pourrait se dérouler partout en France, dans une zone à 150 000 habitants et plus. Ils ont la vingtaine. Sans job et sans formation, ils brassent du shit et tuent le temps à fumer, jouent aux cartes, vont au club de boxe ou au club de foot. Parfois il se passe quelque chose, un combat, un match, une soirée, mais ça ne dure jamais longtemps et ça ne finit jamais très bien. Tout est construit, dans ce roman, pour montrer à quel point l'ennui alimente l'ennui, et comment l'inaction provoque certaines formes d'injustices. « L'ennui, c'est de la gestion. Ça se construit. Ça se stimule. Il faut un certain sens ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous