Delphine Coulin, Une fille dans la jungle

Delphine Coulin, Une fille dans la jungle

Exils et raccourcis

Six jeunes gens, garçons et filles de différentes origines, survivent dans la « jungle » de Calais, où ils sont restés après son évacuation. Un récit qui peut faire preuve de délicatesse, mais n'évite pas toujours les schématisations, jusque dans sa langue.

En juin dernier, le défenseur des droits, Jacques Toubon, et de nombreuses associations dénonçaient les « traitements inhumains » réservés aux quelque 600 réfugiés restés dans le Calaisis après l'expulsion de la « jungle » : interdiction de distribuer des repas, fin de l'accès aux points d'eau... Une atteinte aux droits « d'une exceptionnelle et inédite gravité » – condamnée depuis par le tribunal administratif de Lille – dont les conséquences désastreuses sont au cœur du dernier roman de Delphine Coulin.

Le livre s'ouvre quand le bidonville ferme. Dans cette ville-monde qui ne s'arrête « jamais de pleurer », le plus grand ghetto d'Europe s'apprête à disparaître. Et, avec lui, six ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous