Emiliano Monge, Les Terres dévastées

Emiliano Monge, Les Terres dévastées

Le désert des barbares

Trafic de migrants à une frontière non située : volés, trompés, vendus, ils n'ont même plus de noms. Les convoyeurs de ce bétail humain réservent leurs sentiments à leur seul vie privée. Un désespoir d'autant plus saisissant que sans emphase.

Comment raconter l'horreur ? Depuis longtemps, l'écriture littéraire se pose cette question, et, en particulier depuis 1945, les écrivains s'interrogent sur leur rôle et leur possibilité de rendre compte de la répulsion et de la fascination avec lesquelles on peut observer et raconter la sauvagerie. Le Mexique est le théâtre d'exactions et de violences qui occupent une place primordiale au sein des organes d'information ; tous les jours on y compte des assassinats, des disparitions, des violations des droits les plus élémentaires. Des écrivains ont voulu se saisir de cet état de fait pour le transformer en récits, en textes. Les polars se sont multipliés sans que les auteurs aient à fourn ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous