Mordecai Richler, L'apprentissage de Duddy Kravitz

Mordecai Richler, L'apprentissage de Duddy Kravitz

Canaille canadienne

Le jeune juif montréalais Duddy, menteur et voleur, veut devenir « quelqu'un », quitte à en escroquer plus d'un. Cette fable satirique est l'un des premiers romans de l'auteur canadien, disparu en 2001. Il n'épargne déjà personne.

Les critiques anglo-saxons classent volontiers L'Apprentissage de Duddy Kravitz parmi les romans majeurs du XXe siècle. Difficile, pourtant, d'imaginer apprentissage moins exemplaire et héros moins attachant que le jeune garçon juif mis en scène en 1959 dans le roman du regretté Mordecai Richler. Le gaillard a tous les défauts, il ment comme il respire, trahit ses amis et arnaque ceux qui se laissent prendre à sa fausse assurance.

Venant de tout autre que de l'irascible écrivain montréalais, le choix d'un tel personnage aurait de quoi surprendre, mais il paraît évident à l'aune de son oeuvre. L'on comprend aujourd'hui que le jeune écrivain de 28 ans d'alors, poussé par une ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous