Maurizio Bettini, Contre les racines

Maurizio Bettini, Contre les racines

Dans son dernier opus, le philologue italien déconstruit les différentes facettes, notamment alimentaires, de traditions que partout on se plaît à penser immobiles autant qu'immémoriales. En ce sens, l'ouvrage est salutaire, mais l'auteur a beau en appeler aux Grecs et aux Romains, avouer sa nostalgie face à la Livourne de son enfance, il peine parfois à répondre aux peurs des identitaires de tout poil ; ceux-ci ne craignent pas tant de voir changer leurs rues que de vivre dans un monde où plus rien, nulle part, ne leur ressemblerait.

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous