Olivier Philipponnat et Patrick Lienhardt, Emmanuel Berl, Cavalier seul

Olivier Philipponnat et Patrick Lienhardt, Emmanuel Berl, Cavalier seul

Emmanuel Berl, le vertige du contretemps et de l'entre-deux

La dense biographie d'un électron libre. Ni essayiste ni romancier, mais graphomane ; beau parleur et ermite ; juif et auteur de deux discours pour Pétain sans jamais avoir été vichyste... Son pacifisme acharné l'aveugla, mais le rendit aussi parfois visionnaire et en tout cas toujours indépendant d'esprit. Retracer sa vie, c'est également balayer une incroyable séquence française : il connut à la fois Bergson et Modiano.

Olivier Philipponnat et Patrick Lienhardt ont mis un quart de siècle pour passer au peigne fin tous les écrits d'Emmanuel Berl (1892-1976) et les textes qu'il a inspirés, plus les rencontres avec certains de ses interlocuteurs. La vie de Berl intéresse de plus en plus de biographes parce qu'il a connu à la fois Proust et Modiano, Blum et Mitterrand, Guitry et Pascal Jardin, Anna de Noailles et Françoise Hardy. Ni romancier ni essayiste, l'auteur de Rachel et autres grâces (1965) fait partie de ceux que l'on découvre par soi-même car son nom n'est associé à aucun mouvement. Si on le voyait au sein d'une assistance, personne ne pouvait dire s'il était de gauche ou de droite.

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous