Éric Losfeld, Endetté comme une mule

Éric Losfeld, Endetté comme une mule

Un ruffian de l'édition

Pétri de surréalisme, il a fait de la contrebande, est allé en prison, a publié Emmanuelle et Ionesco, Barbarella et des francs-tireurs fantastiques... En tout trois cents livres. Les truculents Mémoires de l'éditeur belge, publiés en 1979, sont enfin réédités.

Des brochettes de condamnations ont établi sa réputation. Grand collectionneur de procès pour outrage aux bonnes moeurs, refus de soumission à la censure préalable et offense au chef de l'État, l'éditeur Éric Losfeld récolta sa première condamnation pour de la contrebande d'alcool et de cigarettes. D'origine belge, « né en 1922 de mère tisserande et de père inconnu », il a d'abord frayé en eaux troubles. Après avoir créé à Lille une librairie qui s'appelait Baudelaire, il part barouder en Afrique, où il vit de 1946 à 1947. Destination le Sénégal. Avec deux complices, à bord d'une vedette lance-torpilles achetée aux surplus de l'armée, par ici les caisses de whisky récupérées au large de l ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous