Ovide, Les Métamorphoses, traduit par Marie Cosnay

Ovide, Les Métamorphoses, traduit par Marie Cosnay

Ovide radicalement métamorphosé

Une admirable nouvelle traduction des Métamorphoses : MARIE COSNAY ne cherche pas à lisser l'âpreté du texte original, se garde de toute enjolivure et restitue une langue directe, écorchée comme les corps qu'elle décrit.

On sait ce que traduire veut dire : importer, passer, donner, colporter, transmettre. Mais a-t-on suffisamment réfléchi à ce que retraduire signifie ? Prendre date (refaire l'Ulysse de Joyce à plusieurs voix en 2004, quatre-vingts ans après la traduction officielle validée par Valery Larbaud et James Joyce himself), réparer (André Markowicz sauvant Dostoïevski), réinterpréter (on compte au moins quatre traductions du Bartleby de Herman Melville et quatre versions du fameux « I would prefer not to »), réinventer (André Pézard transposant en vers médiévaux La Divine Comédie), ou simplement adapter (Jean-Michel Déprats amenant Shakespeare au théât ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous