Agatha Christie CROQUÉE PAR... Martin Jarrie

Agatha Christie CROQUÉE PAR... Martin Jarrie

La créatrice d'Hercule Poirot a disparu il y a quarante ans, le 12 janvier 1976. Mais elle a déjà fait craindre le pire un demi-siècle avant sa mort. Le 3 décembre 1926, elle se volatilise près de l'étang bien nommé Silent Pool. On la cherche, on organise une battue, on soupçonne un suicide.

Car, même si l'auteur de 36 ans vient de connaître son premier grand succès avec Le Meurtre de Roger Ackroyd, sa mère est décédée quelques mois plus tôt, et son mari la trompe avec une jeune dactylo. Blessée, elle quitte le domicile conjugal sans explication et reste cachée onze jours durant - ce qui vaudra à son mari d'être soupçonné de meurtre. La journaliste et écrivaine Brigitte Kernel conjecture sur la fugue mystérieuse d'Agatha dans un roman où l'on apprend que les femmes trompées ont pu être surnommées en Angleterre les « veuves de golf », parce que les époux se servent du green comme prétexte pour voir leur maîtresse. Un livre documenté, mais un rendez-vous manqué en termes d'écriture.

Agatha Christie, le chapitre disparu, BRIGITTE KERNEL, éd. Flammarion, 264 p., 18 euros.

ILLUSTRATION MARTIN JARRIE POUR LE MAGAZINE LITTÉRAIRE