Hannah Arendt, poète secrète

Hannah Arendt, poète secrète

Un recueil rassemble des poèmes découverts au fil des archives de Hannah Arendt, révélant ainsi un aspect sensible et secret de la théoricienne du totalitarisme.

Les poèmes sont écrits en allemand alors qu'elle avait tourné le dos à sa langue maternelle en 1933 et avait adopté l'anglais dès son installation aux États-Unis en 1941. Écrits entre 1924 et 1961, ces vers rendent hommage aux amis disparus, comme Walter Benjamin, Hermann Broch et Erich Neumann, parlent de l'expérience de l'exil et du désir de vivre malgré les années noires : « Demain nous rosserons le Diable à mort. »

Heureux celui qui n'a pas de patrie, HANNAH ARENDT, traduit de l'allemand par François Mathieu, édition bilingue établie par Karin Biro, éd. Payot, 240 p., 20 euros.

ILLUSTRATION PANCHO POUR LE MAGAZINE LITTÉRAIRE