Des écrivains contre le virus de l'identité

Des écrivains contre le virus de l'identité

L'heure, en France, est au nationalisme xénophobe. Le polémiste Éric Zemmour dissimule cette ultra-violence idéologique derrière le vocable d'« identité ». Que son nouveau livre soit un immense succès de librairie atteste le phénomène. L'heure est venue pour le romancier et éditeur Richard Millet d'exiger le « grand rembarquement », c'est-à-dire le retour dans leur pays d'origine des musulmans vivant en France. Millet trouve ainsi la réponse au concept de « grand remplacement » élaboré par son compère, l'écrivain Renaud Camus - les « étrangers » parviendront bientôt à remplacer dans ce pays les Français dits « de souche ». Ces stupidités meurtrières sont désormais prises au sérieux.

Réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous