Les dieux d'Homère : humains trop humains

Les dieux d'Homère : humains trop humains

Dossier Homère

Pour certains lecteurs, les épisodes homériques impliquant les habitants de l'Olympe ne sont que des vieilleries mythologiques. Loin d'être conventionnels, les dieux de L'Iliade et de L'Odyssée sont pourtant des personnages constamment surprenants.

Pour les besoins d'une mise en scène, d'une « relecture » théâtrale de L'Iliade, Alessandro Baricco a largement coupé dans le texte d'Homère (1). Comment sabrer ? L'écrivain italien a choisi de renoncer aux dieux et à leurs histoires. Autrefois les poètes se demandaient si, pour qu'il y ait du merveilleux dans leurs épopées, il ne valait pas mieux jeter la mythologie à la poubelle et mettre en scène la Trinité, les anges et les saints du paradis. Voltaire croyait avoir résolu la question en faisant parler des allégories : l'Amour, la Discorde, la Clémence, la Vérité. Tout cela sent la poussière.

Les dieux d'Homère sont humains, trop humains. Ils se jalouse ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous