Principes de plaisir et de divertissement chez Spinoza

Principes de plaisir et de divertissement chez Spinoza

Si le philosophe a pu se faire ermite, il ne s'enferme pas dans l'austérité. Il goûte aux « bonnes choses » et aux arts - particulièrement le théâtre, qu'il a pratiqué.

Un bref coup d'oeil au catalogue de la bibliothèque de Spinoza montre qu'il ne s'intéressait pas seulement à la philosophie, à la religion, aux sciences ou à la politique, mais qu'il appréciait aussi la littérature. Environ 12 % des titres de sa modeste bibliothèque sont des livres de fiction ; on y trouve de la poésie et du théâtre antiques, plusieurs livres espagnols et un récit de voyage français sur l'Espagne. La fiction néerlandaise brille par son absence, mais c'est probablement parce que Spinoza - de son propre aveu - n'était pas très à l'aise dans cette langue. On pouvait donc s'attendre à ce que sa bibliothèque compte seulement douze publications en néerlandais et qu'aucune d'ent ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous