Spinoza : la volte-face de Nicolas Sténon

Spinoza : la volte-face de Nicolas Sténon

Ancien proche de Spinoza, le scientifique, devenu évêque, fera censurer ses écrits.

Nicolas Sténon, scientifique et théologien danois, connaît Spinoza depuis qu'il a séjourné aux Pays-Bas : le philosophe vient assister aux séances de dissection que Sténon réalise à son domicile. L'histoire et l'évolution de leurs relations personnelles est complexe. Dans les années 1660, les deux hommes gravitent dans les mêmes cercles ; c'est l'époque, sans doute, des « graves erreurs » dont Sténon fera plus tard confession : comme il s'en souvient en 1677 dans une lettre à Leibniz, il s'est frotté aux radicaux néerlandais dans « ce pays de liberté, pratiquant des personnes de profession fort libre, et lisant toutes sortes de livres » jusqu'à ce que « Dieu [le] sauve de toute la subtili ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous