Spinoza : les raisons d'un grand come-back

Spinoza : les raisons d'un grand come-back

Jamais Spinoza n'a été aussi invoqué, dans les rangs de la philosophie et au-delà : religions, politique, sciences, écologie, esthétique... Il aide à tout repenser. Au risque d'être dilué ou accommodé à toutes les sauces, à son corps défendant.

Après plusieurs siècles de méfiance, l'oeuvre de Spinoza est l'objet d'un engouement qu'elle n'a jamais connu dans l'histoire. À part d'illustres exceptions – d'abord Jacobi, puis Diderot, Casanova, Goethe, Hegel, enfin et surtout Nietzsche et Deleuze –, les philosophes ont considéré sa pensée comme un risque : le point où le rationalisme conduit au matérialisme, voire au nihilisme. Mais le temps est venu de sonner l'alerte ! L'ennemi que les philosophes, pendant trois siècles, ont adoré détester est aujourd'hui au centre du jeu philosophique. Pourquoi ? Parce que Spinoza a forgé des concepts dont certains inspirent les philosophes contemporains et apparaissent comme de véritables clés po ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous