Béatrix Beck, une réédition tout en couleur

Béatrix Beck, une réédition tout en couleur

En 1988, paraissait pour la première fois Stella Corfou de Béatrix Beck (Prix Goncourt 1952), qu'aujourd'hui les Éditions du Chemin de fer ont fait reparaître. Le texte est accompagné par les dessins de Florence Reymond. 

En 1988, paraissait pour la première fois Stella Corfou, roman de Béatrix Beck, qui raconte l’amour cruel que vivent une brocanteuse au Marché aux puces et un employé modèle dans un grand magasin. Ce dernier, en la voyant pour la première fois, s’aperçut « qu’elle était souverainement belle. Devant le stand, la violence de son émoi l’empêchait d’en saisir la raison ». Aux premières avances de ce « petit bourgeois réservé », Stella répondit, devant son stand : « Ce n’est pas ça qui remplira ma caisse ». Plus tard, lorsqu’il lui demandera un enfant, elle répondra : «Jamais. Un squatteur dans mon ventre. » Stella, à la différence d’Antoine, n’est pas fleur bleue. À l’un(e) d’eux cet amour sera fatal. L'autre sombrera dans la folie. La nouvelle édition de ce roman, parue aux Éditions du Chemin de fer, est accompagnée par les dessins de Florence Reymond, dont l’œuvre mêle « souvenirs d’enfance et obsessions picturales dans des compositions dont les effets de transparence et de dilution déterminent un monde proprement impalpable ». Rappelons que Béatrix Beck, morte en 2008 à 94 ans, avait obtenu le Prix Goncourt en 1952 pour Léon Morin prêtre, adapté au cinéma par Jean-Pierre Melville. La romancière française d'origine belge avait été la secrétaire d'André Gide, après avoir publié son premier roman, Barny, en 1948. 

À lire : Stella Corfou, Béatrix Beck, vu par Florence Reymond, Les éditions du Chemin de fer, 128 pages, 15 euros

Voir le portfolio des dessins de Florence Reymond