MARIE NDIAYE: «UN BEAU ROMAN PEUT ÊTRE DIVERS, CONFUS, FLAMBOYANT»

MARIE NDIAYE: «UN BEAU ROMAN PEUT ÊTRE DIVERS, CONFUS, FLAMBOYANT»

L'histoire d'une cheffe étoilée, et plus encore d'une artiste. Dans son dernier livre, la romancière décortique le processus créatif.

En 1985, les éditions de Minuit publiaient Quant au riche avenir, premier roman impressionnant d'une jeune femme de 17 ans. Une vingtaine de livres et quelques récompenses plus tard, le titre résonne comme une heureuse divination. De romans en nouvelles et de pièces de théâtre en albums de jeunesse, Marie NDiaye poursuit son singulier chemin sans hâte ni dispersion. Souvent au bord de l'étrange et rarement loin du songe, sa langue gracieuse et magnétique nous fait glisser de l'ordinaire au fantastique, de la douceur à l'acidité et du jaune d'or au vert nausée, propageant de livre en livre un charme reconnaissable.

Dans Trois femmes puissantes, l'ex-professeur d'un ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous