Salman Rushdie : «Difficile d'écrire un livre qui dure sur un monde qui change»

Salman Rushdie : «Difficile d'écrire un livre qui dure sur un monde qui change»

Dans son dernier ouvrage, le romancier exilé à New York, dont la vie est « devenue accidentellement intéressante », s'inspire de son parcours et de la mythologie pour fixer l'étrangeté de notre monde.

C'est au travers des hasards, des accidents, voire des cauchemars dont sa vie se parsème qu'un écrivain donne forme au monde. C'est non ce qu'il vit, mais sa capacité à transformer ce qui lui arrive en expérience signifiante, qui fait de lui, d'où qu'il vienne, notre contemporain. Salman Rushdie, qui aura poussé très loin cette logique, reste un cas à peu près unique dans l'histoire littéraire contemporaine. Son précédent livre, Joseph Anton, revenait de manière mi-romancée sur les années de clandestinité qui ont suivi la fatwa lancée contre lui en 1989 par le régime iranien à la suite des Versets sataniques. Le roman n'en méritait pas tant, mais c'est justement de l'abs ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous