Je m'appelle Elisabeth

Je m'appelle Elisabeth

Elle fut l'interprète de Godard, Bresson et Pasolini. En 1988, la petite fille de François Mauriac faisait une entrée très remarquée en littérature. Son premier recueil s'intitulait Des filles bien élevées. Un titre qui aurait pu préfigurer tous les romans à venir. Depuis Anne Wiazemsky a délaissé la comédie pour l'écriture et construit pierre à pierre un univers romanesque dans lequel prédomine l'harmonie. Une manière de courtoisie et d'élégance, « une façon de ne pas se prendre trop au sérieux et de ne jamais s'apitoyer sur soi-même » ainsi qu'elle le revendiquait dans Une poignée de gens, Grand Prix de l'Académie Française en 1998. Son thème de prédilection : l'enfance qu'elle décline ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous