LA LITTÉRATURE RÉPARATRICE

LA LITTÉRATURE RÉPARATRICE

Depuis janvier 2015, l'onde de choc des attentats ne cesse de fissurer notre réalité. Le paysage littéraire français porte aujourd'hui la trace de cette irruption de la folie du monde dans le quotidien. Par la fiction, des écrivains répondent au non-sens, au silence et à l'effroi.

Les grands médias s'en sont émus tel Agamemnon devant son mauvais oracle : la rentrée littéraire serait placée sous le signe de l'inquiétude. Romans sur la guerre, romans sur l'apocalypse (voir Le Magazine Littéraire de septembre), romans sur le terrorisme... Certes, sans prendre la littérature pour un thermomètre placé sur le front (c'est plus élégant) de la société française, il apparaît naturel qu'elle porte l'écho de nos peurs et de nos douleurs collectives. Dans le cas du terrorisme, mieux vaut parler d'une onde de choc, assez forte pour redéfinir des romans en cours d'écriture (À la fin le silence, de Laurence Tardieu), des trilogies en voie de complètement (Ni ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous