Le dernier Baudelaire

Le dernier Baudelaire

En kiosque. Revendiquant le droit de se contredire, Baudelaire fut un classique atypique et un moderne paradoxal. Critique de l’art de son temps, journaliste vomissant la presse, traducteur de Poe, le dernier Baudelaire, celui du Spleen de Paris, est cet homme des foules cherchant l’éternel dans le transitoire et se convertissant à la prose… Le Magazine littéraire

Baudelaire, « cet étrange classique des choses qui ne sont pas classiques », comme l'appelait un jour Jules Hetzel, un de ses éditeurs, ce « Boileau hystérique », selon la formule d'un journaliste du Nain jaune, Baudelaire n'est pas seulement un auteur à plusieurs facettes : il a plusieurs faces, parfois contradictoires. Non content d'assumer ses contradictions, il les revendique : «Parmi l'énumération nombreuse des droits de l'homme que la sagesse du XIXe siècle recommence si souvent et si complaisamment, deux assez importants ont été oubliés, qui sont le droit de se contredire et le droit de s'en aller» («Edgar Poe, sa vie et ses oeuvres»).

Le dernier d ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous