Les premiers manuscrits du scandale Aristophil mis en vente

Les premiers manuscrits du scandale Aristophil mis en vente

Une première vente aux enchères des manuscrits anciennement détenus par la société Aristophil se tiendra le 20 décembre, deux ans après la révélation de ce qui fut l’une des plus grandes escroqueries du monde de l’art.

Deux ans ont passé depuis la mise en liquidation de la société d’investissements Aristophil, fondée par Gérard Lhéritier en 1990. La décision faisait suite à l’enquête pour escroquerie et irrégularités financières portée par un rapport de l’AMF (Autorité des marchés financiers), la DGCCRF (Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes) et la cellule de renseignement financier de Bercy, Tracfin.

En effet, la société qui mêlait art et finance avait bâti son succès sur l’achat de manuscrits et autographes dans des ventes aux enchères ou auprès de marchands individuels. Ces œuvres étaient ensuite revendues en parts à des investisseurs, sous la forme de lots virtuels. Ainsi, ils ne possédaient pas physiquement ces manuscrits mais des actions à un taux mirobolant de 8% de rémunération, pouvant être revendues cinq ans plus tard. L’offre alléchante a attiré pas moins de 18 000 investisseurs, souvent étrangers au monde de l’art, qui aujourd’hui se retrouvent lésés, tombés dans le piège d’une pyramide de Ponzi.

La première vente aux enchères de la collection de manuscrits est prévue le 20 décembre chez Drouot. Organisée par la maison de ventes Aguttes, chargée d’inventorier et de conserver l’ensemble des œuvres, elle devrait permettre aux propriétaires lésés de se rembourser partiellement. Elle rassemblera près de 190 lots de la collection anciennement entreposée au musée des Lettres et des Manuscrits. Parmi eux, le premier Manifeste du surréalisme d’André Breton sera mis en vente ainsi que le manuscrit des 120 journées de Sodome, écrit par le Marquis de Sade alors qu’il était enfermé à la Bastille. L’œuvre avait été achetée par Gérard Lhéritier à 7 millions d’euros. Cette première vente est estimée entre 12 et 16 millions d’euros. 

Alice Chomy

Photo : Cahiers d'André Breton ; Manuscrit d'Ursule Mirouët de Balzac ; Témoignage d'une rescapée du Titanic ; Manuscrit de Richard Wagner Columbus Overture © Maison Aguttes