L'ordonnance du docteur Proust

L'ordonnance du docteur Proust

Pour résister à l'automne, rien de mieux qu'une petite bibliothérapie proustienne. Commencez par des inédits. Associez un roman truculent, un précieux fac-similé et une bonne dose d'humour. Si les symptômes persistent, faites une cure de personnages ou de lieux, perdus puis retrouvés. À renouveler.

Sept livres autour de la Recherche. Pas moins. Aut ant dire une bourrasque éditoriale ! Proust sortirait-il enfin du cadre élitiste dans lequel lui-même refusait d'être cantonné ? Ces publications apparaissent en tout cas comme autant de portes par lesquelles des lecteurs de plus en plus nombreux peuvent s'aventurer dans la cathédrale-monde de la création proustienne.

Et, pour commencer, des inédits. Ces Lettres au duc de Valentinois datent de l'été 1920. Né Polignac, Valentinois avait épousé la fille naturelle du prince Louis de Monaco, qui l'avait reconnue et titrée. Diplomate, très bel homme, très cultivé, il rappelait Robert de Saint-Loup. Mais c'est sous les ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous