Le philosophe morfondu

l'écrivain tchèque Patrik ourednik renoue avec une vieille liberté d'esprit occidentale. Son nouveau livre, Instant propice, n'est d'ailleurs pas sans évoquer Swift ou Voltaire.

Les bonnes nouvelles sont si rares qu'il ne faut pas se retenir de les faire connaître aux populations affamées de lectures savoureuses : l'humour tchèque n'est pas mort. Qui plus est, il ne se recopie pas. Nous décèlerions même dans cet Instant propice une maligne parenté swiftienne, ou voltairienne. Patrik Ourednik flirte lisiblement avec une vieille liberté d'esprit occidentale, éteinte aujourd'hui dans le « correctement » marécageux, mais à vrai dire traditionnelle au coeur de la culture de ce qui fut le beau royaume de Bohême. Sans remonter aux calendes, en témoignent magnifiquement [...]

Pour lire la suite (statut: payant)

Pour accéder à un article payant, vous devez vous identifier et posséder un crédit d'articles :

Article verrouillé

Par Claude Michel Cluny