Tous les partis de Mallarmé

Comme la collection « Paradoxe » de Minuit, l'essai de Jean-François Hamel, professeur à l'université de Québec à Montréal, présente une thèse profonde et inattendue : loin d'avoir été considérées comme un modèle de désengagement littéraire, les oeuvres du pacifique professeur d'anglais au lycée Janson-de-Sailly Stéphane Mallarmé, qui n'avait rien contre l'anarchisme fin de siècle, ont joué un rôle majeur dans les politiques de la littérature du XXe siècle et continuent d'agir dans notre conception contemporaine de « l'action restreinte » des écrivains. En nous montrant à quel point « [...]

Pour lire la suite (statut: Abonnés)

L'intégralité de l'article est proposée aux abonnés du magazine papier.

Article verrouillé

  • Si vous êtes abonné, identifiez-vous en haut à droite de la page afin de profiter de cet avantage.
  • Votre numéro d'abonné doit être renseigné au niveau de votre profil.
  • Si vous n'êtes pas encore abonné, abonnez-vous sur www.sophiaboutique.fr
Par Alexandre Gefen