MILLE NUANCES DE GRIS

MILLE NUANCES DE GRIS

Le nom de l'écrivain est resté dans l'ombre d'un diptyque magistral, composé à dix ans d'intervalle : Mrs. Bridge et Mr. Bridge. À travers l'histoire d'un couple, le portrait d'une certaine bourgeoisie américaine des années 1960, poussant le conformisme jusqu'au sublime.

Si vous ne connaissez pas Evan S. Connell, ne vous sentez surtout pas coupable. Il est de ces auteurs moins célèbres que leurs livres. Sur la photo, en seconde de couverture, avec sa petite moustache et sa pointe de barbe, il a l'air d'un mousquetaire placide. Ce qui frappe, c'est son regard pétillant et son sourire léger, espiègle. On pourrait dire de lui, mais cette fois sans ironie, qu'il « ressemble furieusement à son écriture », si drôle, si fine et mesurée.

Il est difficile de savoir si l'étrange destinée de cet écrivain fut douloureuse ou volontaire. Il publia son premier roman en 1959, Mrs. Bridge, qui figure aujourd'hui au rang des classiques américains du XXe siè ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous