Nébuleuse islamophobie

Nébuleuse islamophobie

Sur le registre du livre de combat plutôt que de l'ouvrage de fond, l'essayiste s'en prend cette fois-ci au leitmotiv de l'islamophobie. Le terme est selon lui beaucoup trop ambigu et extensif, au risque de l'obsession délirante : critiquer une croyance ne revient pas à persécuter ou à haïr les croyants. S'il n'évite pas toujours les raccourcis et approximations, Bruckner se révèle plus tranchant lorsqu'il aborde les impensés d'une certaine rhétorique antiraciste.

« Islamophobie ». De Paris à Téhéran et à Los Angeles, le mot est aujourd'hui passé dans le langage courant, sans que nul ne sache vraiment ce qu'il signifie exactement ni d'où il vient. Désigne-t-il la haine de l'islam, la peur de l'islam, ou bien la haine des musulmans ? « Lutter contre l'islamophobie », est-ce la même chose que se battre contre le racisme, ou cela revient-il à se faire l'avocat d'une religion ?

Le nouveau livre de Pascal Bruckner, Un racisme imaginaire, s'ouvre à cet égard sur une réflexion intéressante : l'invention du terme par l'administration coloniale française au début du XXe siècle. C'est dans un ouvrage destiné aux cadres de l'empire publié en 1 ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous