Patricia Reznikov, Le Songe du photographe

Patricia Reznikov, Le Songe du photographe

Paris, dans les années 1970. Un jeune garçon délaissé par sa famille trouve refuge auprès d'une communauté de destins ballottés par les guerres et l'exil.

La nuit n'éclaire pas tout (2011, prix Cazes-Lipp) entraînait le lecteur à la recherche d'un violon égaré. La Transcendante (2013) rendait hommage aux vertus originelles de l'Amérique de Hawthorne et de Thoreau. L'oeuvre de Patricia Reznikov parcourt des contrées qui furent réelles : un Paris aux cent villages, désormais confondus par la brutalité de notre temps, une Mitteleuropa à peine éveillée de sa léthargie communiste, ou le rêve du Nouveau Monde. Une brume poétique et consolante se dégage de son dernier ouvrage. En 1977, Joseph, enfant délaissé par une famille étriquée de petits-bourgeois parisiens, parcourt la ville pour échapper à sa solitude. Il se liera d'amiti ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous