Paul Auster '' J'étais devenu trop sérieux, jusqu'à en suffoquer ''

Paul Auster '' J'étais devenu trop sérieux, jusqu'à en suffoquer ''

Entre autobiographie, récit et poésie, l'écrivain américain se réinvente en tissant les sensations qui ont pu traverser son corps, tout au long de son existence. Un exercice libérateur.

Le plus français des écrivains américains est descendu dans un hôtel de Saint-Germain-des-Prés où se rendent aussi certains de ses personnages. La fiction et la réalité se chevauchent d'emblée. Il est 10 heures du matin. Il pleut. Le grand salon est plongé dans la pénombre. Le regard qui vous accueille est un mélange de curiosité et de rêverie. La voix est grave, posée, régulièrement bousculée par un éclat de rire. Le dernier roman de Paul Auster, Sunset Park, racontait l'histoire d'un homme poursuivi par la culpabilité, hanté par la disparition, qui finissait par se libérer de ses démons. On a également l'impression de quelqu'un qui vient de remporter une guerre en écoutant Aust ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous