Poison de la rumeur du crime rituel

Poison de la rumeur du crime rituel

Un meurtre d'enfant à Kiev, des pogroms, une dynastie en pleine désagrégation : c'est dans ce climat que prend forme l'affaire Beilis, dont l'histoire et le retentissement sont dignes de l'affaire Dreyfus.

Il est une tombe au vieux cimetière de la Loukianovka à Kiev, parmi les mauvaises herbes, qui tranche sur ses voisines. Une plaque y est apposée : « Andreï Iouchtchinski, martyrisé par les youpins en 1911 ». Bien entretenue, elle est le lieu de pèlerinage des extrêmes droites dont les partisans se retrouvent tous les 12 mars pour honorer la mémoire du « martyr ». Car c'est ce jour de 1911, dans une grotte de ce quartier pauvre, que fut retrouvé le corps d'un garçon de 13 ans lardé de quarante-sept coups de couteau. Le meurtre, particulièrement barbare, déclenche dans le pays une crise sociale et politique majeure dont les échos feront le tour du monde et influenceront même les relations i ...

Réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous