Jay McInerney, le chic new-yorkais

Jay McInerney, le chic new-yorkais

Cornaqué par Raymond Carver, il se révéla en 1984 avec le Journal d'un oiseau de nuit écumant sous coke les fêtes new-yorkaises. Depuis, Jay McInerney s'est assagi : fin gastronome, l'hédoniste stylé est désormais une figure de l'upper class. Il vend plus de livres en France que partout ailleurs - y compris aux États-Unis.

Le 8 décembre 1980 vers 13 h 30, Jay McInerney est réveillé par un appel de son copain de fac, le jeune éditeur Gary Fisketjon. Il se souvient de la date, c'est le jour où John Lennon a été assassiné. Gary sort d'un déjeuner avec Raymond Carver et son éditeur Gordon Lish. En attendant de donner une conférence à Columbia dans la soirée, Carver ne sait pas où aller et Gary l'envoie chez Jay. L'écrivain est leur héros. À Williams College, l'université d'élite du Massachusetts, Jay et Gary s'échangeaient ses livres. McInerney est tombé sous le charme à la lecture de Tais-toi, je t'en prie (Will You Please Be Quiet, Please ?), un recueil de nouvelles acheté à cause du titre. « Son réa ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous