Primo Levi, ENCORE ET TOUJOURS

Primo Levi, ENCORE ET TOUJOURS

L'adjonction des deux mots est au moins étrange, et, pour certains dont je suis, insupportable : littérature concentrationnaire... Lectures d'adolescence, pour savoir, pour comprendre, Robert Antelme et L' Espèce humaine, David Rousset et L'Univers concentrationnaire, Jorge Semprún et Le Grand Voyage. Textes tous importants aussi bien du point de vue de l'histoire que de l'écriture, décomposant chacun des rouages de la déportation, racontant l'impossible résistance physique et intellectuelle des prisonniers politiques. Mais il n'est pas question, jamais, de l'extermination des Juifs, d'Auschwitz et des chambres à gaz, de cette tentative unique, inouïe, de faire ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous