Dernière sélection du prix Femina

Dernière sélection du prix Femina

Le jury a annoncé sa dernière sélection ce mardi 17 octobre, composée de cinq romans français, cinq romans étrangers et sept essais.

Évincée lors de la deuxième sélection, Alice Zeniter revient sur la liste avec son roman L’Art de perdre (éd. Flammarion), récompensé par le prix du Monde et le prix Landerneau des lecteurs. À ses côtés demeurent Bakhita (éd. Albin Michel) de Véronique Olmi, lauréate du prix Fnac et La serpe (éd. Julliard) de Philippe Jaenada, revu par Le Magazine Littéraire dans son numéro spécial sur les romans de la rentrée :

« La serpe, qui donne son nom au livre, est l'arme du crime atroce perpétré en 1943 sur le père, la tante et la domestique d'Henri Girard. Un mobile et pas d'alibi, celui-ci est le coupable tout désigné. Un bouc émissaire idéal emprisonné durant les dix-neuf mois d'enquête avant d'être innocenté. Un sacré tempérament que ce personnage : il se retrouvera en justice des années après pour son soutien à la cause algérienne. Sous son nom de plume Georges Arnaud, il fut aussi, et ce n'est pas secondaire, un écrivain à succès très goûté des cinéastes, auteur chez Julliard notamment du Salaire de la peur, du Voyage du mauvais larron, de Prisons 53, des Aveux les plus doux (à ne pas confondre avec Georges J. Arnaud, le romancier de science-fiction). Le temps a passé, et l'on n'a jamais retrouvé le ou les coupables ; il est vrai que la piste la plus sérieuse remonte aux services secrets de Vichy. Philippe Jaenada avait au départ l'ambition d'écrire « un roman policier, un truc sanglant, de résoudre une énigme ». Il a échoué sur ce plan, mais en a ramené une sorte de livre épatant comme l'étaient ceux qu'il avait consacrés à Bruno Sulak et à Pauline Dubuisson, des cas eux aussi, comme l'auteur, qui ne dépare pas dans l'étrange galerie de personnages de La Serpe. »

Les trois prix seront remis le mercredi 8 novembre.

 

Les finalistes du prix Femina :

Ma reine de Jean-Baptiste Andrea (L'Iconoclaste)

Sucre noir de Miguel Bonnefoy (Rivages)

La serpe de Philippe Jaenada (Julliard)

Bakhita de Véronique Olmi (Albin Michel)

L’Art de perdre de Alice Zeniter (Flammarion)

 

Prix Femina étranger

Le cœur battant de nos mères de Britt Bennett traduit de l'anglais par Jean Esch (Autrement)

Les huit montagnes de Paolo Cognetti traduit de l'italien par Anita Rochedy (Stock)

La salle de bal d'Anna Hope traduit de l'anglais par Elodie Leplat (Gallimard)

Le corps des ruines de Juan Gabriel Vásquez traduit de l'espagnol par Isabelle Gugnon (Seuil)

Écrire pour sauver une vie, le dossier Louis Till de John Edgar Wideman traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Catherine Richard-Mas (Gallimard)

 

Prix Femina de l’essai :

Gabriële de Anne et Claire Berest (Stock)

Des Américaines à Paris : 1850 - 1920 de Gérard Bonal (Tallandier)

Mes pas vont ailleurs de Jean-Luc Coatalem (Stock)

L'Eldorado polaire de Martin Frobisher: récit de Marie-Hélène Fraïssé (Albin Michel)

Au gré des jours de Françoise Héritier (Odile Jacob)

La parole et l'action : itinéraire d'un avocat militant de Henri Leclerc (Fayard)

Décadence fin de siècle de Michel Winock (Gallimard)

Alice Chomy

Photo : Philippe Jaenada © Joël Saget/AFP Photo