Quelqu'un de ce temps-là

Quelqu'un de ce temps-là

Les nombreux recueils de nouvelles - citons Le Silence et La Fiancée de Fragonard , entre autres - nous donnent de Roger Grenier une image parfois plus complexe que ses romans dans la mesure où elles traduisent des humeurs ou des révoltes inattendues chez un écrivain aussi maîtrisé et aussi affable. Quelqu'un de ce temps-là ne déroge pas à cette règle. Dans le domaine de la prose brève, bien délaissée depuis la belle époque de Pierre Gascar, il y a un quart de siècle, on n'a rien lu d'aussi frappant et d'aussi esthétiquement réussi. Ce volume se présente comme une douche écossaise, où les paroxysmes se bousculent pour la plus grande joie du ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous