Gaël Faye : l'innocence au temps des machettes

Gaël Faye : l'innocence au temps des machettes

À travers Gabriel, l'auteur raconte sa douce enfance au Burundi, avec un père français et une mère tutsie exilée du Rwanda voisin. Mais la famille se disloque en même temps que le « petit pays » bascule dans le chaos. Petit Pays (Grasset) a reçu le Prix du roman Fnac.

Gaël Faye était connu jusqu'alors comme musicien et auteur du magnifique album Pili Pili sur un croissant au beurre dans lequel on trouve le titre « Petit pays ». On y entend déjà le musicien clamer : « Alors petit pays, loin de la guerre on s'envole quand ? » Tout comme cette chanson, Petit pays est un roman très personnel et intime sur une enfance africaine traversée par des turbulences socio-politiques dans un des territoires les plus instables de la région des Grands Lacs : le Burundi. On se rappellera que, au début du XIXe siècle, le Burundi et le Rwanda ne constituaient qu'un espace, le « Ruanda-Urundi », empire colonial de l'Allemagne qui, après la défaite de celle-ci pendant la Première Guerre mondiale, fut confié par la Société des Nations à la Belgique, devenant alors une des provinces du Congo belge. Le Rwanda et le Burundi se touchent donc, partagent la même culture, les mêmes traditions, la même composition de la population (les Hutus, les Tutsis et les Twas) et, par voie de conséquence, les mêmes causes de conflits politiques.

Après un prologue marqué par les souvenirs des dialogues entre le narrateur, Gabriel, et son père sur la manière de distinguer un Tutsi d'un Hutu, une autre voix apparaît, adulte cette-fois, celle du même Gabriel, âgé maintenant de 33 ans : il vit en France dans « une cité dortoir et fonctionnelle » et décide de retourner au Burundi, ce « pays maudit » où, selon sa soeur cadette, Ana, il ne trouvera que des « fantômes et un tas de ruines ».[Lire la suite]

Découvrez notre numéro Spécial rentré littéraire, en kiosque le 18 août