Sabotage d'une vie à l'auvergnate

Sabotage d'une vie à l'auvergnate

Née dans les champs du Gévaudan, Juliette disposait des ressources nécessaires pour s'émanciper. Mal exploitées, celles-ci se retournent contre elle et la conduisent à ne pas « entrer dans le fond de sa vie ».

Comment raconter la vie d'autrui et étancher la passion de l'époque pour le réel sans recourir à l'enquête et au style glacial, pointilleux et lapidaire qui signale désormais au lecteur étourdi qu'il est en train de lire de la non-fiction ? Et quand cet autrui appartient aux classes déshéritées, comment le décrire avec style sans le transformer en objet stylisé ? Dans Les Roses blanches, le poète Gil Jouanard retrace l'existence modeste de Juliette, née dans les champs du Gévaudan dans la première moitié du siècle dernier, qui repose aujourd'hui « sur le rebord du buffet de sa fille » après avoir aimé, voyagé, râlé et fréquenté les cafétérias Casino. Un roman vrai, car Gil Jouana ...

Réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous