Un « vieux coureur d'aventures »

Un « vieux coureur d'aventures »

À la fois nostalgique et baroudeur, l'ancien apatride n'a jamais su se satisfaire d'une seule existence et s'est évertué à la démultiplier à travers les voyages et l'écriture. Il finira par se perdre dans ses propres chassés-croisés.

Longtemps il a prôné la route devant soi pour ne pas avoir la vie dans le dos. Romain Gary était un homme qui ne s'aimait pas mais qui adorait la bourlingue. À tel point que le mouvement l'a construit, et même, enfant, le désir de mouvement. Dès le berceau, le jeune Roman Kacew a la bougeotte. Lui qui vantera tant le pouvoir du double va s'inventer un pedigree de naissance : il assure être né dans un train à la frontière avec la Lituanie ou près de Moscou, alors qu'il a vu le jour dans une ruelle de Wilno (aujourd'hui Vilnius), trop sombre pour être honnête. Il n'a pas 11 ans qu'il a déjà aperçu, grâce à Mina, sa mère, l'Autriche, la Tchécoslovaquie, l'Italie, un bout de France. Trois ans ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous