Un Alexandrin à Paris

Un Alexandrin à Paris

En 1897, le poète Constantin Cavafy découvre la capitale française. Des heures sombres, qui seront le terreau d'une grande oeuvre.

L'imagination appauvrie des romanciers ne leur permettrait-elle plus de concevoir des héros fictionnels ? Cette triste supposition ne s'applique pas à Ersi Sotiropoulos, dont le roman, loin de confisquer le destin de Constantin Cavafy, le pénètre avec l'empathie et les accents d'une autobiographie. Grecque cosmopolite, blessée par la décadence de son pays, elle est comme la soeur du poète alexandrin. Familière des certitudes occidentales, qui sont étrangères aux poussières dorées, nostalgiques et désabusées de la Méditerranée orientale, elle évoque le voyage de Cavafy à Paris en 1897. Dans la capitale française agitée par l'affaire Dreyfus, Mandaras, un compatriote se targuant d'être le s ...

Réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous